LYDIA LUNCH: REAL PORNOGRAPHY,
TRADUCTION FRANÇAISE
Le 30 octobre 2006, Lydia Lunch présentait au Divan du monde, à Paris, son spectacle Real Pornography. Voici le texte intégral, en français.
 
Lydia Lunch RP6
 
LYDIA LUNCH
Real Pornography

 

Rien n’a changé… Rien n’a changé
L’Histoire tire sa substance d’archives sanguinaires,
Nous sommes tous les fossoyeurs de notre avenir,
Chaque génération érige des monuments à la gloire de ses tortionnaires.
La société n’est pas une maladie, c’est un putain de désastre.
 
L’Histoire n’est plus qu’une suite d’instantanés fusant à travers les airs et repassant en boucle, semblable à une bobine coincée dans un vieux projecteur :
Je ne sais pas pour vous, mais en ce qui me concerne, mon esprit fonctionne par démultiplications,
Et il trébuche sans cesse sur des images qui ne demandent qu’à être délivrées de l’oubli.
 
Vues et revues… Les catastrophes causées par la main de l’homme
Imprègnent notre tissu psychique.
Souffririons-nous tous d’une fiction induite collectivement, une mémoire en embuscade?
Serions-nous tous les ignorantes victimes d’une lobotomie historique… Serions-nous tous pris au piège, vautrés dans le Trou de Mémoire d’Orwell???
 
N’avons-nous tiré aucune leçon du passé?
Nous n’avons tiré aucune leçon du passé.
Ma mémoire fait toujours le chemin à l’envers
Vers l’antichambre de l’éternité, cette sombre pyramide de mort
Où les catastrophes en série continuent de tournoyer vers les limites de la Terre, encore et toujours.

Oh Terre, Planète fertile et funeste,
Délivre-moi de la menace de la mémoire,
De cette tétanie psychologique
Où la vie n’est qu’un voleur qui pille tout ce qu’il trouve.
L’Univers n’est rien d’autre qu’un spectacle cauchemardesque.
Nous ne sommes que des accidents fébriles
Germant ici, sur cette planète brûlante,
Imbibée du sang de sa progéniture.
Rien n’a changé. Rien n’a changé.
 

 
Avertissement général:
LA GUERRE EST AUSSI VIEILLE QUE DIEU LUI-MÊME
 
La guerre n’est qu’une orgie
Ce n’est qu’une orgie… Et j’adore les orgies.
Ce n’est rien d’autre qu’une orgie de sang et de tripes,
Orchestrée par une bande de vieux dégueulasses dopés à la testostérone
Qui sont tellement frustrés sexuellement
Que le seul moyen pour eux de prendre leur pied est de violer et de tuer la planète entière.
 
Après tout, la violence, c’est le sport de Dieu.
Un Dieu rancunier et jaloux dont le sadisme est tellement grand
Qu’il nous a tous condamnés à pourrir dans une damnation éternelle,
Des marionnettes de sang et de chair subissant la torture dans le donjon privé de ce Dieu,
Une arcade de jeux remplie de flammes et de soufre.
 
LA CROYANCE EN UN DIEU CRUEL ENGENDRE DES HOMMES CRUELS
 
Alors si les fils de son fils sont des tueurs assoiffés de sang,
Obsédés par le meurtre et le désordre,
Ivres de sang, de bombes et de l’odeur de chair brûlée,
Repeignant le désert en rouge carmin afin d’apaiser Papa,
Cet enculé, qui a été assez insensible
Pour encourager le meurtre de son unique fils
ET QUE AU NOM DU PÈRE, DU FILS
ET DU SAINT- ESPRIT
Ils tuent au nom de Mahomet, Moïse, Allah, Yahvé, Jah ou Jésus-Christ,
Qu’ils se narguent les uns les autres comme des petits caïds dans une cour de récré
En hurlant :MON DIEU EST PLUS FORT QUE LE TIEN
Et bien, ainsi soit il!
 
DIEU NOUS A CONDAMNÉS À LA GUERRE
 
Avant, la religion était l’opium du peuple
Maintenant, c’est la cocaïne des assassins.
Des milliers d’accros qui planent pour Dieu,
Et qui feraient dans leurs frocs plutôt que d’admettre que
Dieu n’existe qu’en tant que sas psychique contre l’angoisse qu’éprouvent les hommes
Face à leur propre putain de mortalité.
 
CE N’EST PAS L’HOMME QUI A ÉTÉ CRÉÉ À L’IMAGE DE DIEU
C’EST DIEU QUI A ÉTÉ CRÉÉ À L’IMAGE DE L’HOMME
 
RIEN N’A CHANGÉ
RIEN N’A CHANGÉ
 

 
Peut-être la guerre ne traduit-elle que l’envie de cycle menstruel.
Peut-être qui si les hommes saignaient tous les mois autant que je saigne,
Ils ne seraient pas autant assoiffés de sang.
 
Avez-vous remarqué que jamais une femme n’a INITIÉ une GUERRE MONDIALE.
Est-ce parce que nous sommes encore trop occupées à jouer les victimes
Ou à s’efforcer de NE PAS EN DEVENIR UNE,
Que lorsque la nuit vient, nous n’avons tout simplement pas l’énergie de sortir
ET D’OUVRIR LE FEU?
 
Avez-vous remarqué que jamais une femme
N’avait MIS FIN à une GUERRE MONDIALE.
Est-ce parce que
NOUS N’AVONS PAS ENCORE ASSEZ DE MUNITIONS, LES FILLES?
Peut-être aurait-on dû aller en Afghanistan et en Irak
ET ARMER TOUTES LES BONNES FEMMES…
Annie, prends ton flingue, Annie, prends ton flingue.
J’emmerde Al-Quaïda,
Je parle d’AL-CUNTA.
 
Bien sûr les musulmans religieux radicaux du Moyen-Orient
N’autorisent pas les femmes à se promener seules dans les rues,
N’autorisent pas les femmes à conduire une voiture parce qu’ils craignent, et à raison,
Qu’à la première bouffée de liberté,
Les femmes ne se rendent chez le premier marchant d’armes du coin,
N’achètent un semi-automatique, quelques milliers de munitions
Et dans un acte d’émancipation divin,
N’explosent la tête de ces barbus, ces arriérés mentaux de moudjahiddines,
Tout droit en direction de La Mecque.
 

 
Je ne pense pas qu’il faille arrêter la violence.
Il ne faut pas arrêter la violence,
Il faut seulement élargir le terrain de jeu.
Pourquoi les fanatiques seraient-ils les seuls à prendre leur pied?
 
Quand l’heure viendra de tuer ou d’être tuée,
Je sais de quel côté du barillet je me trouverai.
 
Si les soldats de Dieu sont tellement prêts à mourir
Pour rendre gloire à leur grand Chef,
Alors TUEZ-LES TOUS et laissez Dieu faire le tri.
 
Avec le sang de milliers de Christ,
La compassion, je m’en lave les mains.
La vengeance divine serait de tuer les tueurs
Qui utilisent Dieu comme fer de lance
Pour trancher la gorge de ceux qu’ils considèrent comme impies.
 
Je sais que jadis j’aurais été brûlée vive sur l’échafaud
Au nom de la chasse aux sorcières
Comme les 9 millions d’autres assassins menstrués du Moyen Âge.
Maintenant, tout ce dont je rêve, ce sont ces 9 millions de femmes
Qui débouleraient à la Maison-Blanche, à la Chambre des Communes, au Moyen-Orient,
Dans les déserts, les jungles.
Le désert réclame du sang à grands cris,
Laissons-le apaiser sa soif.
 
Il faut revenir aux déesses.
Savez-vous ce que disaient les déesses?
Savez-vous ce que disait Durga?
 
DURGA DISAIT: COUPE TA PUTAIN DE TÊTE, TOI-MÊME.
DURGA DISAIT: COUPE TA PUTAIN DE TÊTE, TOI-MÊME.
 

 
Nous peuplons une vaste Utopie potentielle
Qui est en train d’être détruite par ses bourreaux.
Depuis des milliers d’années des fous, des maniaques, des soi-disant messies
Pillent, mutinent, saccagent la planète entière.
 
La Nature, elle-même, devient de plus en plus VIOLENTE
Contre ceux qui ont causé sa violence.
Peut-être essaie-t-elle de nous dire quelque chose?
Quelque chose comme… on récolte la merde que l’on sème.
Comme… on n’a que ce qu’on mérite.
Et à mon avis, Mère Nature est en train de s’énerver méchamment.
Elle en a marre de se faire violer par un Gang Band de phallocrates,
De se faire enculer par des dictateurs,
De se faire mettre en pièces par des tyrans.
 
TREMBLEMENTS DE TERRE. VOLCANS. TORNADES.TSUNAMIS. MOUSSONS. SECHERESSES. FAMINES. INONDATIONS. COULÉES DE BOUE. OURAGANS.
La Nature devient de plus en plus VIOLENTE contre ceux qui ont causé sa violence.
 

Et la VIOLENCE est aussi NATURELLE que la respiration.
 
La Création entière transporte la mémoire moléculaire d’une terrible explosion d’électricité, d’énergie, de matière, de mouvement.
UNE VIOLENTE ÉMISSION DE LUMIÈRE BLANCHE, CHALEUR BLANCHE.
LA VIOLENCE FUT LE PREMIER ACTE DE CRÉATION: LE BIG BANG.
 
LE CHAOS EST UNE LOI NATURELLE.
 
JE SOUFFRE DE FAÇON CONVULSIVE D’ACCÈS DE DÉLIRE.
MON MANTRA EST :CELUI QUI CRÉE, EXIGE LA DESTRUCTION
PARCE QUE CE N’EST QUE LORSQUE LA CHAIR POURRIT QUE L’ÂME TROUVE LE REPOS.
 
Alors c’est au corps d’endurer l’éclipse de l’âme.
 
Ce tombeau creux où l’amour devient perfection, un réceptacle de panique et d’extase, de jouissance et de maux. J’élabore une THÉORIE DE DÉSINTÉGRATION POSITIVE, parce que si je ne m’aimais pas autant, je me serais suicidée il y a bien longtemps, et j’aurais été réincarnée sous la forme d’une bactérie infectieuse de la taille de Saturne, flottant dans l’atmosphère, menaçant d’un danger imminent, oscillant entre agression et vendetta, condamnant la planète entière à la folie de ma nature profonde, la nature d’ UN PUTAIN DE MONSTRE.
 

 
J’ai toujours eu une prédisposition sidérante à me confesser,
À révéler aux autres les détails les plus sordides de mon existence.
Je possède un penchant criminel dénué de toute culpabilité.
Cela est valable non seulement à l’égard de mes propres crimes passionnels,
Mais également vis-à-vis de ma complicité à encourager les autres à commettre des crimes
À la fois pour et contre moi.
 
Je suis juge, jury, coupable et victime.
Un jeu passionnel et schizophrène nourri des répercutions toxiques du cycle répétitif de l’abus.
 
L’American Way of Life a fait de moi
Une toxico défiant la mort,
Ivre de désastres, de calamités, de banalités.
L’ambulance déboule tout à coup dans mes rêves éveillés,
Me rappelant comment cela s’est passé,
Comment cela s’est passé,
Comment cela se passe encore.
La tyrannie de l’abus.
 
Là où tous les Tueurs sont des héros
Tous les Tueurs sont des héros… Tous les Tueurs sont des héros.
 
Et moi, je suis remplie d’une RAGE MEURTRIÈRE,
Un groupe de combat embusqué sous ma peau,
Un combat de salopes qui jouent des coudes pour se sortir de là.
 
Je suis devenue le VIOLEUR dont L’IMPUISSANCE
À anéantir les VRAIS TUEURS se MANIFESTE par la violence
Contre moi-même
Et contre tous les connards qui se mettent en travers de ma route.
 

 
MON COMBAT EST CELUI DE LA GUERRE DES SEXES
EN TANT QU’ACTE ANIMAL.
UNE LUTTE À CORPS PERDU, UNE FEMME CONTRE TOUS LES HOMMES.
Je me suis introduite dans le cerveau de l’ennemi,
Je dors dans son putain de lit.
MES ENTRAILLES, UNE TOMBE, UN CON SACRIFICIEL.
PLUS ILS TUENT, PLUS JE BAISE.
 
J’ai pitié des idiots qui sont assez ridicules pour prier le Ciel,
Les imbéciles qui rêvent de la vie éternelle.
Je veux ma dose de paradis et je la veux maintenant.
C’est la raison pour laquelle le DIABLE m’a donné ce corps céleste
Et ce visage d’ange.
 

BIENVENU DANS MON TEMPLE
LE TEMPLE DE L’IMPIE RÉDEMPTRICE
Où le seul Commandement est
LA RÉBELLION CONTRE LA FAUSSE VERTU
LA RÉBELLION CONTRE LA FAUSSE VERTU
 
LE PLAISIR EST L’ULTIME RÉBELLION.
LA SEULE VRAIE RÉBELLION EST LE PLAISIR.
LE PLAISIR AU BORD DU GOUFFRE,
LE PLAISIR À L’AUBE DE L’APOCALYPSE,
L’EXTASE À LA VEILLE DU DÉSASTRE…
 
EN TEMPS DE GUERRE, CE N’EST PAS MA GUERRE, CE N’EST PAS TA GUERRE.
TOUT PARTICULIÈREMENT NOUS, LES FEMMES,
DEVONS EXIGER NOTRE PLAISIR
PARCE QUE C’EST LA PREMIÈRE CHOSE QUE CES CONNARDS NOUS VOLENT.
 
IL SE PEUT QUE NOUS N’AYONS PLUS BEAUCOUP DE TEMPS… LA VARIOLE, L’ANTHRAX, LA GRIPPE AVIAIRE, LES BOMBES BACTÉRIOLOGIQUES, LES RADIATIONS, LES OGIVES NUCLÉAIRES, UNE REVANCHE BIOCHIMIQUE CONTRE LA FAILLITE SPIRITUELLE… IL SE PEUT QUE NOUS N’AYONS PLUS BEAUCOUP DE TEMPS.
 
AVEC UNE SORTE DE PASSION ET DE LUCIDITÉ CRUELLE,
JE PARVIENS À INFLÉCHIR LE COURS DES CHOSES.
J’AI TOUJOURS VOULU QUE LA VIE SOIT PURE,
J’AI TOUJOURS RECHERCHÉ L’EXTASE ET JE L’AI FINALEMENT TROUVÉE.
 
IL ME FAUT TROUVER L’EXTASE DANS LEUR FOLIE,
LA LIBERTÉ DANS LEUR ASSERVISSEMENT,
LA VÉRITÉ DANS LEURS MENSONGES… LA VIE DANS LEUR MORT,
LA BEAUTÉ DANS LEUR GÉNOCIDE HOMICIDE,
LA PAIX DANS L’ORGIE DIABOLIQUE DE MORT ET DE NÉGATION DE LA VIE MENÉE PAR CES PUTES GUERRIÈRES,
L’AMOUR PARMI LES RUINES,
LE PLAISIR DANS LA SOUFFRANCE.
 
MON DESTIN, C’EST LE DESERT
ET JE N’AI PAS PEUR DE CE MYSTÈRE ARIDE.
JE VEUX QUE D’AUTRES SE TROUVENT LÀ Où JE SUIS,
DANS CE DESERT QUI, À MON SENS, LEUR FAIT DÉFAUT.
TOUT N’EST QUE DESERT MAINTENANT,
TOUT N’EST QUE DESERT MAINTENANT.
ALORS QUE LA TERRE SE CONSUME, ALORS QUE LA TERRE BRÛLE,
LE DESERT VIT NAÎTRE LA VIE…
ET MAINTENANT IL NOUS ENVOIE LA MORT…
UN MOUVEMENT DE VA-ET-VIENT, VA-ET-VIENT…
RIEN N’A CHANGÉ… RIEN N’A CHANGÉ.
 
(traduction : Mélanie Gautier
photographies: Marc Viaplana)

 
Lydia Lunch était accompagnée de Ian White
et David Knight

 

 

 

 

 


 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lydia Lunch RP1
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Lydia Lunch RP2
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lydia Lunch RP3
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lydia Lunch RP4
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Lydia Lunch RP5
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lydia Lunch RP7
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lydia Lunch RP8
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Lydia Lunch RP10
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lydia Lunch RP9  
 
 
 
 

 

 
HORS-CIRCUITS,
4 rue de Nemours, 75011 Paris
(métro Parmentier ou Oberkampf)
Tél : 01 48 06 32 43
E-mail : info@horscircuits.com
 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 

 

 
>>> page d'accueil